Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Balades > Pèlerins ou conscrits préhistoriques dans la vallée des Merveilles

Alpes-Maritimes, près de Tende

Pèlerins ou conscrits préhistoriques dans la vallée des Merveilles

Quelle signification donner aux gravures rupestres ?

La dénomination générique de « Vallée des Merveilles » recouvre plusieurs sites au voisinage du mont Bégo. Les plus célèbres sont ceux de Fontanalba et de la vallée des Merveilles proprement dite.

JPEG - 52.1 ko
Fontanalba - Voie sacrée
Photo Parc Nl du Mercantour

À plus de 2000 m. d’altitude, ils recèlent un fantastique recueil de
gravures rupestres inscrites sur les dalles de schistes polies par les glaciers. Beaucoup de têtes de bovins, des armes, des réticules évoquant des champs et quelques formes humaines.
Elles sont l’œuvre des populations de pasteurs et d’agriculteurs du troisième millénaire avant notre ère qui fréquentaient les lieux le temps d’un pèlerinage ou d’une initiation militaire. Archéologues et préhistoriens supposent qu’elles expriment des idées religieuses ou magiques et des croyances communes chez ces populations. Ce serait alors la première manifestation (locale) de cette « religion populaire », toujours active cinq millénaires plus tard dans l’affaire des trois sorcières de Cassis et les Maléfices et superstitions en Provence au 19e siècle.

Sur-fréquentés en été, ces sites ont subi de nombreuses dégradations, voire des actes de vandalisme. Ils sont maintenant réglementés et gardés. Les randonneurs doivent se tenir sur les sentiers balisés ; pour en sortir et donc approcher les gravures les plus éloignées des tracés, il leur faut se joindre à une visite organisée par un accompagnateur de montagne agréé.
Ceci dit, les visiteurs sans guide trouveront de quoi satisfaire leur curiosité à proximité des sentiers balisés et des panneaux d’informations facilitent leur recherche tout en aidant au décodage des gravures. Voir le règlement sur le site du PNM.

Comment s’y rendre
À vol d’oiseau, le site n’est qu’à une cinquantaine de kilomètres au nord

GIF - 53.3 ko
Plan de situation
Source : Via Michelin.
Cliquer la vignette.

de Nice, à la hauteur de Tende.
L’itinéraire par l’Italie est recommandé : Vintimille, puis, plein nord, direction Tende et Cunéo par E. 74, pittoresque mais bien roulante : au départ de Nice, 76 km en 1 h 09 pour les pilotes de ViaMichelin.

Restera ensuite à rejoindre le site et à l’explorer.
Par quelque côté que l’on s’y rende, une grande journée sera nécessaire. Encore est-ce une solution « pour voir ». Et pour ne voir qu’une partie du site.
Mieux vaut prévoir deux ou trois journées pour s’imprégner de la magie des lieux.


Le Roi Lion

Il vous attend sur la D. 91, entre St-Dalmas-de-Tende et le lac des Mesce.
Personne ne devinait l’âme du Roi Lion terrée dans la roche, jusqu’au jour où un tagueur à l’œil averti la débusqua en quatre petits pschitts.

roi lion
Certains prétendent que dans telles roches bordant le torrent des Merveilles, dort l’âme des dieux d’autrefois. Et qu’il suffirait d’un tagueur à l’œil averti pour nous révéler ce que percevaient les anciens.
Vous n’êtes pas obligé d’y croire, bien entendu. Moi je le répète parce que je l’ai entendu dire mais je reconnais que des choses pareilles au XXIe siècle c’est n’importe quoi … Enfin, quand même, ce lion donne à penser.


On choisira un itinéraire à la fourche du lac des Mesce, (une dizaine de kilomètres après St Dalmas de Tende) : soit l’accès par le nord (Casterino et refuge de Fontanalba), soit par le sud (Vallon de la Minière et refuge des Merveilles).

2 Itinéraires
Source : Site de Tende.
Consulter la carte IGN TOP 25, 3841 OT, Vallée de la Roya, Vallée des Merveilles pour des informations plus précises
.

La signification des gravures

JPEG - 33.8 ko
Anthropomorphe aux bras en zig-zag

Archéologues et préhistoriens ont à peu près tout dit des populations du Bégo : mode de vie, alimentation, organisation sociale, technologies, zone de résidence, etc.. Mais sur la signification des gravures ils sont toujours dans l’expectative ou sur la réserve. Prudence qui n’est pas sans raison.
Ces gravures ne sont pas des dessins figuratifs, leur schématisme l’indique. Inversement, elles sont dépourvues des codes stables d’une écriture qui laisseraient l’espoir d’un Champollion à venir. Quelque part entre les deux, on s’accorde à leur reconnaître le caractère de symboles aux significations fluctuantes.
Ainsi les poignards symbolisent-ils la puissance ou la dignité, comme aujourd’hui l’épée de La Justice ou celle des académiciens.
Des formes humaines (antropomorphes) on ne sait pas si elles désignent un paysan de nos ancêtres ou une divinité. L’incertitude augmente avec les

JPEG - 68.2 ko
Divers corniformes
Source : http://lithos-perigord.org/ Article : [PDF] vall merveilles alain

têtes de bovins (cornus). Étant de loin les plus nombreuses — deux tiers des gravures — et partant les plus riches de significations, elles sont aussi les plus ambiguës. Tantôt elles renvoient aux bovins, sans préciser s’ils sont taureau, vache ou bœuf (ce qui ne manque pas de gêner dans certains cas, le symbolisme de ces animaux étant différent) ; tantôt au propriétaire des bovins, synthétisant l’éleveur et son bien ; ou encore à l’agriculteur fort de la force de ses bœufs pour le labourage et le charroi des récoltes.
Il arrive même qu’un cornu, augmenté de quelques traits figurant le front et le nez, prenne visage humain, comme celle ci-dessous, formée d’une graphie de bovin aux cornes arrondies et jointes.

JPEG - 54.7 ko
"Le Christ"


Finalement, ces cornus supportent de multiples significations : homme-bétail synthétique, divinité, grand ancêtre et d’autres encore, regroupées et illustrées dans un chapitre de Fascinant Mont Bégo* (l’astérisque renvoie en bibliographie).

Les gravures du Bégo en disent trop ou pas assez. Trop pour ne pas pousser à l’interprétation risquée, pas assez pour désigner l’interprétation juste. Dans l’entre-deux, les chercheurs tentent des reconstitutions en s’aidant de rapprochements avec les rares cultures contemporaines restées fidèles au genre de vie des graveurs du Bégo, ou encore de recours aux textes les plus anciens en notre possession qui pourraient refléter les mentalités de la même époque.
Il est clair que dans ces conditions, les chercheurs travaillent autant avec leur sensibilité et leurs intuitions qu’avec leur science ; dans ces conditions, qu’ils produisent des interprétations différentes et parfois divergentes n’a rien d’étonnant, c’est le contraire qui le serait.

À l’usage, ce foisonnement est plutôt stimulant car il permet de parcourir les diverses significations de ces signes, laissés là il y a fort longtemps par des gens qui nous sont devenus étrangers parce que vivant dans un univers naturel aujourd’hui artificialisé avec un outillage mental saturé de surnaturel.


PDF - 57.7 ko
Le laboureur, interprétations

Le document (cliquable) ci-contre contient un exemple de ce que donne l’interprétation à plusieurs voix de l’émouvante gravure du laboureur, au milieu de la « Voie sacrée » de Fontanalba. On y rencontre les pèlerins et les conscrits figurant au titre. Mais le lecteur pressé ne sera pas pénalisé s’il saute directement à la conclusion ci-dessous.


JPEG - 96.9 ko
Voie sacrée, le laboureur
Photo JM,
vaucluse-visites-virtuelles
_

Traduire les symboles magico-religieux des Merveilles dans les mots de notre culture rationnelle et profane, est une gageure. On peut s’attendre à des résultats aussi inattendus que ceux des traducteurs automatiques en ligne. Mais après tout qu’importe ? Même quand ils font faux les traducteurs automatiques permettent de saisir l’essentiel.
L’interprétation irréfutable n’étant pas possible, contentons-nous d’approcher la mentalité des anciens, leur vision du monde. C’est ce que nous tenterons dans la suite de notre visite.

Trois balades dans les Merveilles

Voici deux balades à la journée sur une partie du site et une traversée en deux ou trois jours.

Balade à la journée sur le site de Fontanalba

Garer le véhicule au hameau de Casterino, et poursuivre à pied par la piste en direction de la Valmasque (Nord). Au parc de stationnement suivant (point côté 1732) atteint en 40 minutes, revenir au sud, direction Fontanalba, par une large piste bien balisée. Cet itinéraire en balcon, à la pente modérée, est à tout point de vue préférable à la piste raide et détruite par les 4X4 qui part de Castérino. On la réservera pour le retour vu son efficacité (1 heure environ).

Du refuge, visiter le site des Lacs Jumeaux (2 à 3 heures), soit seul par le chemin de découverte (balisé) et avec l’aide des panneaux d’information répartis sur le terrain, soit en compagnie d’un guide agréé que l’on rejoint à proximité du refuge.

JPEG - 120.4 ko
Fontanalba, la Voie sacrée
Photo JM,
vaucluse-visites-virtuelles

Dans un environnement d’alpages et de torrents, les graveurs ont exprimé ici leurs préoccupations d’éleveurs-cultivateurs. Leurs œuvres évoquent « les travaux des hommes et des bœufs » aux destins étroitement liés, la fertilité de la terre et la fécondité des vivants. C’est le domaine de l’humain pour l’auteure de Vallée des Merveilles* … (p. 29 +) ; les auteurs de Fascinant Mont Bégo* pour leur part, s’abstiennent de toute interprétation globale du site.

Balade à la journée sur le site des Merveilles

Du lac des Mesce, rejoindre le refuge des Merveilles à pied (éventuellement en 4 x 4). Du refuge, marchant au nord on suivra scrupuleusement le GR 52 (sauf accompagnement d’un guide agréé) d’où l’on peut admirer quelques-unes des plus spectaculaires gravures. Sur sa droite le marcheur avisera l’inquiétant mont Bégo, point culminant de la vallée. Son sommet attire de terribles orages. Là-haut siégeait un dieu à la fois fulminant et fertilisateur, comme l’était le Zeus de la mythologie grecque.

Selon l’auteure de VM (chap. VI), par opposition à Fontanalba, l’univers complètement minéral de ces lieux est celui des dieux. Le Lac et le Rocher des Merveilles se trouvent au cœur d’un dispositif sacré qu’indiquent la configuration du relief et la disposition des gravures.
Sur cette architecture naturelle, les auteurs de FMB ne disent rien et s’en tiennent à l’interprétation des gravures.

JPEG - 102 ko
Rocher des Merveilles
Source :http://pagesperso-orange.fr/colin.barker/

On arrive bientôt, à l’aplomb du Rocher des Merveilles, à la stèle dite « du chef de tribu », dénomination usuelle qui ne correspond en rien aux interprétations des spécialistes.
L’image est disposée comme sur une double page, séparée par les trois poignards verticaux. À gauche, un personnage de sexe masculin, désigné ou adoubé par un grand poignard (penser aux rayonnements divins des images pieuses) indiquant son caractère surnaturel. À droite, le grand rectangle à cases (coloré en ocre sur le relevé) représente des parcelles cultivées et par extension la Terre, ou l’univers en tant que puissance supérieure. À coté, un petit personnage (coloré en bleu sur le relevé), les bras levés en position d’orant.

JPEG - 162.9 ko
Stèle du "Chef de tribu"
Relevé Lazaret-MNHN, panneau d’information sur site.

Pour VM (p. 110 +), cette stèle dans le lit du torrent, dans les eaux vives à la fonte de neiges et pointant vers le Bégo, célébrerait « la naissance des univers successifs à partir des eaux » et « d’une divinité nouvelle » le dieu de l’Orage, à qui « revient la tâche de mettre en ordre l’Univers afin que de cet ordre émerge un monde nouveau peuplé de dieux et d’hommes ».

Pour les auteurs de FMB (p. 45), la même gravure figurerait « le couple divin primordial, le dieu taureau et la déesse terre », cette dernière devant « être fécondée par le dieu taureau pour apporter, avec la profusion de la végétation, la richesse et la prospérité aux hommes ». Il s’agirait d’une allégorie de la pluie fertilisante dispensée par le Bégo, le long rectangle à cases sur la droite, symbolisant à la fois la déesse terre et les champs cultivés dans la vallée.
Le dieu taureau, auquel se rallient les auteurs de FMB tout au long de leur texte, est une constante des cultures méditerranéennes, proposée ici sur l’indication des fonctions génitrices du taureau et des très nombreux cornus.

Un peu plus loin, au-dessus du GR dans les pentes du Rocher des Merveilles, se trouve la gravure emblématique du site, dite « Le sorcier ».

JPEG - 26.4 ko
Le sorcier

Pour les auteurs de FMB (p. 48 +) il s’agirait d’une nouvelle déclinaison du dieu taureau ou dieu Bégo, « maître de l’orage et dispensateur de la pluie fertilisante » brandissant la foudre (les deux poignards). Dieu taureau dont l’image est construite sur la base d’une forme cornue à laquelle on a donné visage humain par l’adjonction d’un front, d’un nez, de deux yeux et même … d’une moustache. Figure syncrétique donc, dans laquelle se fondent des traits divins, humains et animaux.

Fidèle au cadre des mythologies indo-européennes, l’auteure de VM, (p. 104 +) voit dans « Le sorcier » une représentation d’un dieu de la dissociation, prédécesseur de celui qui figure sur la stèle « du chef de tribu ». Ce serait un analogue du Cronos grec. Avec ses poignards et ses grandes dents, il aurait séparé, dissocié, le couple primordial dont il est issu, inaugurant ainsi un nouvel espace de vie pour les êtres humains et les êtres divins.
Pour faire court et parler le psy contemporain, disons qu’il fut le premier à cracher à la figure de ses parents, le maintenant célèbre « Vous, c’est vous et moi, c’est moi ». La Bible, elle aussi, présente des dissociations inaugurales. Pour créer l’univers, Dieu commence par séparer la lumière des ténèbres, les eaux du ciel de celles des mers, la terre de la mer. (Génèse 1, 1-10). Avec le thème de la séparation, la Génèse et les mythologies racontent l’effort fournit par l’humanité pour classer l’univers en catégories "bonnes à penser".

Circuit Fontanalba-Merveilles en deux ou trois journées

Les lignes précédentes laissent deviner que les gravures et leur disposition dans le paysage ne se laissent pas saisir d’emblée. C’est pourquoi un séjour est préférable à une brève plongée.

On pourrait commencer par une visite du Musée des Merveilles à Tende dont le programme reflète le point de vue des auteurs de FMB. Ce serait une excellente préparation à la balade sur le terrain.

On enchainera ensuite les visites de Fontanalba et des Merveilles décrites plus haut, pour vivre le contraste des deux sites, le premier agreste et verdoyant, le second minéral, grandiose et inquiétant. Une grande journée sera nécessaire ainsi que des vêtements de montagne en prévision d’aventures inattendues.


Ornitho83 dans le sublime

JPEG - 126.1 ko
Vallon des Merveilles en vue de la baisse de la Valmasque
Photo : ornitho83

Quelques instants après la prise de vue ci-dessus, Ornitho83 eut une véritable révélation, comparable à celle provoquée par le rocher tagué en Roi Lion.
Il avait laissé, derrière lui sur sa droite, le mont Bégo pris dans les nuées de cette journée printanière, sans la moindre attention pour qui vous savez, trônant là-haut. Non par mépris mais parce qu’Ornitho83 est d’un naturel plutôt naturaliste. Et voilà que, vers 2500 m. d’altitude, le dieu négligé retourne à ses occupations. 

"La grêle se met à tomber et nous ne sommes qu’au Lac Basto ! Nous nous abritons sous les roches pour éviter la foudre. Le spectacle est à la fois splendide et terrifiant. Cela relève du sublime au sens kantien ! “Est sublime ce qui, par cela même qu’on peut le penser, démontre une faculté de l’âme qui dépasse toute mesure des sens”.
"La grêle forme un rideau devant nous. Parfois, le tonnerre cesse de gronder et nous sortons de notre abri pour continuer à avancer à travers les névés le long du lac. Mais la trêve n’est jamais longue ! Un autre problème nous attend : l’eau commence à ruisseler et le chemin se transforme en un véritable torrent. Nous avons de l’eau jusqu’aux genoux. Il est dès lors impossible de s’arrêter. L’orage redouble de violence et nous courons à travers les falaises, le chemin étant impraticable, pour rejoindre le refuge que nous apercevons au loin."

On me dira que les orages en montagne sont toujours impressionnants. Certes. Mais, quand même, il y avait autre choses cette fois là, quelque chose que le tagueur saurait faire apparaître. Revoyez la photo.

Merveilles-ornitho83-NB130 Elle est prise depuis le nombril de la conque des Merveilles, creusée, suspendue sous le ciel ; elle appelle. Au second plan, le V très suggestif du profil forme "la coupe de la vie". Au fond,
le désir enfle les nuages ; ils accourent. Bientôt ils s’abattront sur la conque et l’inonderont dans un orgasme diluvien. Ce sera une réédition des épousailles primordiales de Gaïa et Ouranos, la Terre Mère et le Père Ciel.

Des aventures d’Ornitho83 on retiendra qu’il n’est pas si difficile de retrouver les émotions des anciens : il suffit d’un orage ou d’un tag pour libérer cette « faculté de l’âme qui dépasse toute mesure des sens ».


Du refuge de Fontanalba, on partira tôt pour une longue journée de découvertes. Non loin de la baisse de la Valmasque on rejoint le GR 52 par lequel on traversera la vallée des Merveilles jusqu’au refuge homonyme. De là, si l’on ne veut pas terminer à pied, on pourra cahoter vers le parking des Mesce dans l’un des nombreux 4 x 4 voués au transport du touriste, pour peu que l’on se soit soucié de le réserver.

Du solo à la polyphonie

On ne retrouvera, ni au musée des Merveilles ni sur les panneaux d’information répartis sur le terrain, la diversité des interprétations exposée ici. On n’y entendra qu’une voix, celle du maître. L’histoire explique cette réduction.
Les gravures des Merveilles n’ont jamais cessé d’intriguer leurs visiteurs. Les uns y ont vu l’œuvre du diable, d’autres celle des troupes d’Hannibal, d’autres encore le décor d’un lieu magico-religieux. Il faut attendre le 19e siècle pour que leur origine préhistorique soit reconnue à la suite des premiers relevés systématiques. La notoriété actuelle de la zone est due aux préhistoriens du laboratoire de préhistoire du Muséum National d’Histoire Naturelle et du Laboratoire départemental de préhistoire du Lazaret, sous la houlette du Professeur Henri de Lumley. Leurs quarante années de travaux ont eu de nombreuses retombées scientifiques, patrimoniales et économiques, au premier rang desquelles figurent le musée des Merveilles et les zones protégées du Mont Bégo.
En retour, le point de vue de l’équipe De Lumley bénéficie d’une position dominante. Il est mis en valeur, alors que celui des autres chercheurs est censuré ou, au mieux, évoqué dans l’anonymat ; et ceci, depuis l’ouverture du musée, il y aura bientôt deux décennies. En tant qu’usager — et accessoirement de contributeur financier — j’aimerais entendre les voix jusqu’ici réduites au silence.

Ma réclamation ne relève pas du seul mouvement d’humeur. Monsieur Pierre Machu, ancien attaché de conservation au musée départemental des Merveilles et actuellement conservateur à l’Inspection générale des Musées, note que l’interprétation des gravures divise les scientifiques depuis plus d’un siècle. Parlant des thèses actuellement en présence il ajoute que, plutôt que d’en faire des sources d’affrontement, il serait préférable « d’y voir l’expression de la richesse d’un site qui ne cesse de susciter des hypothèses d’interprétations qui, loin de se rejeter mutuellement, gagnent à être comparées et rapprochées si nécessaire. » [1].

Je forme des vœux pour que les propos de M. Machu soient entendus des responsables locaux, élus et cadres territoriaux et qu’ils inaugurent une médiation polyphonique.

Christian Bonnet
Octobre 2009

Repères bibliographiques

JPEG - 44 ko

Fascinant Mont Bégo

H. de Lumley et collaborateurs,
photos de Lucien Clergue,

Edisud, 2002.

(Avec un guide détaillé des itinéraires de découverte.)

20 €

En vente à la librairie du musée des Merveilles.


_

JPEG - 85.2 ko

- Le site du Mont Bégo, De la protohistoire à nos jours

Ouvrage collectif

s.dir de Jérôme Magail et Jean-Marc Giaume,

Serre Editeur, 2005.

26 €

En vente chez l’éditeur
_

JPEG - 147.6 ko

- Vallée des Merveilles,
un berceau de la pensée religieuse européenne
,

Émilia Masson,

Dossiers d’archéologie, n°181H, avril mai 1993.

En vente chez l’éditeur.

10,50 €.

- Le mont Bégo, Vallées des Merveilles et de Fontanalba, guides archéologiques de la france, Henry de Lumley et collaborateurs, Ministère de la culture et de la communication, 1996.

- La vallée des Merveilles et les mythologies indo-européennes, essai d’interprétation des gravures rupestres de la région du mont Bégo, Roland Dufrenne, Studi Camuni, volumeXVII - 1997.

Repères topographiques

- Carte IGN : TOP 25 3841 OT, Vallée de la Roya

- Carte et vues panoramiques du Parc National du Mercantour

TIFF - 726.1 ko
Parc National du Mercantour
Document PNM

(Cliquer sur le lien "PNM" pour obtenir les vues panoramiques.)

Liens utiles

- Tous renseignements utiles pour un séjour dans les Merveilles :
site de Tende
- Parc National du Mercantour
- Musée des Merveilles

Triskel

- Chronologie du Paléolithique ancien jusqu’à nos jours sur le site de
l’INRAP

Triskel

- Retour à la balade Les trois sorcières de Cassis
- Retour à la balade Maléfices et superstitions en Provence, au 19e siècle

Notes

[1Là où la terre touche le ciel, éd. Millénaires, 2007, p. 19. http://www.memoiresmillenaires.com/index.html

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip