Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > ANTP > Les cahiers de l’ANTP > Calanque et crêtes de Morgiou

Cahier n° 29 - Septembre 2008

Calanque et crêtes de Morgiou

- Temps : Il faut compter 3 heures aller-retour sans se presser.
- Longueur : 6 kilomètres
- Difficultés : C’est un parcours qui ne présente pas de difficultés. Il y a cependant la descente à partir du Carrefour jusqu’au col du Renard qui est très raide et glissante.

Commentaire : Il est conseillé de faire une navette avec deux voitures si on veut éviter la remontée à pied sur la route ou la côte qui remonte au Carrefour.
Déposer un véhicule à l’entrée de la calanque. Stationner le deuxième au départ du sentier des crêtes, au point où la route replonge vers la calanque. Il y a un emplacement pour garer (attention il y a peu de places). Le chemin des crêtes démarre à cet endroit.

L’accès au point de départ se fait par la route qui conduit aux Baumettes, la prison de Marseille. Emprunter la route du feu étroite et sinueuse. Il y a des places d’évitement pour les croisements.
Le bus (n° 22) nous dépose au départ de la route du feu.
Cette route est fermée durant l’été à cause des risques d’incendies.

Bec de Morgiou

DESCRIPTIF :

- Laissez la voiture au point où la route replonge vers la calanque (170 mètres).

- Le sentier monte en direction sud-est et rattrape le tracé bleu n°1 en passant sous le Baou Rond (260 mètres).

Faites un crochet par le sommet du Baou pour admirer la vue intégrale des crêtes de Lui d’Aï (crêtes de Sormiou), Riou en majesté en arrière (sud-ouest), la ville au nord et la Grande Candelle au loin à l’est. La montée dure 2 minutes, alors !
Attention les jours de mistral, l’endroit est particulièrement exposé.

- Continuez sur le chemin qui descend en pente douce jusqu’au lieu appelé le Carrefour (200 mètres).
Sur cette portion d’itinéraire, une échancrure s’ouvre sur la calanque de Sormiou au sud-ouest à droite.

- La descente s’accentue pour atteindre le col du Renard d’où plonge sur la gauche le sentier qui accède à la calanque de Morgiou.
La descente du Carrefour s’effectue sur des dalles de calcaire couvertes de pierres qui roulent (et oui !!!) et qui rendent cette descente malaisée. L’arrivée au col du Renard s’effectue sur un pierrier plus stable.

Vue du sommet du Baou

La vue qui se dégage du début de cette descente permet d’embrasser le panorama des calanques jusqu’à la baie de Cassis, du Bec de l’Aigle de la Ciotat, de la Grande Candelle, de l’œil de verre, du Devenson, et du plateau de Castelvieil qui sont étalés comme une gigantesque carte postale. Vu de cet endroit le plateau de Morgiou semble vouloir se détacher du continent.

Morgiou, le plateau

- Du col du Renard rejoignez les fortifications où l’on pénètre par une porte étroite (10 minutes). Les murs sont percés de meurtrières.
Cette fortification a été occupée par des troupes anglaises, qui l’on abandonnée lorsque Bonaparte a délivré Toulon, sous la Révolution française. En partant ils ont jeté les canons de bronze à la mer. Ces canons font le bonheur des clubs de plongée de la région et on peut en voir quatre dans un de ces clubs basés dans la calanque de Sormiou.

Morgiou, le fortin

- On suit le sentier qui serpente sur le plateau en longeant la calanque de la Triperie au large de laquelle se trouve la grotte Cosquer.

* La calanque de la Triperie donne une connotation de piraterie à l’endroit. Dans cette anse, on imagine aisément des frégates ou d’autres bateaux de guerre à l’affût de quelques rapines.

- On prolonge la promenade jusqu’à l’extrême pointe du cap de Morgiou. De cet extrême on peu voir l’intérieur de Sormiou.

- On fait le tour des remparts où se trouvent des endroits de bivouac ou de pique-nique sous les pins, à l’abri du vent en bénéficiant d’un point de vue incomparable. Ensuite on chemine jusqu’à un autre fortin en ruines du côté de Morgiou d’où l’on a la vue sur l’intérieur de la calanque, sur Sugiton, le Torpilleur, la Grande Candelle, l’œil de verre, le Devenson, Castelvieil et les falaises de Cassis.

Morgiou, vue du fortin

- Poursuivez le chemin vers la Calanque de Morgiou par le col du Renard après avoir retraversé les murs qui défendent le plateau. On suit le sentier qui plonge sur la droite vers Morgiou. Suivez le bord de mer jusqu’au port où un débit de boisson vous attend (on va chercher les boissons au comptoir) après 4 heures à 4 heures 30 de marche. La voiture est la bienvenue pour éviter la remontée sur la route.

Morgiou, la calanque

- Faites le tour de la calanque où des pêcheurs exercent encore leur métier. Attention en faisant les photos, les pêcheurs n’apprécient pas d’être photographiés comme des animaux en voie de disparition. Il m’a été rapporté des incidents avec des touristes indélicats.

Morgiou, ambiance

Un quai, des filets, des pointus, il règne une ambiance de labeur, une ambiance de pêche. Il paraît que c’est après une pêche au thon mémorable que le Roi Louis XIII octroya aux pêcheurs de la calanque le droit d’y exercer à perpétuité. Depuis on surnomme cette calanque « la Royale ». Faire le tour de la calanque c’est pénétrer un peu dans son intimité.

Texte et photos : Bernard DEJEAN

JPEG - 221.6 ko
Morgiou, pointus

Morgiou comme on l’aime

Cliquer les vignettes.

JPEG - 150.9 ko
Pointu rouge
JPEG - 184.3 ko
Pointu bleu
JPEG - 159.3 ko
Port de pêche

P.-S.

Faire connaissance avec l’Association Nature Terre Provence ? Cliquer deux fois sur le titre en vert : Activités, renseignements.

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip